Association de bienfaiteurs flow le cinéma vietnamien


Une série de projets de coopération entre producteurs de film
vietnamiens et étrangers sont déployés. L’objectif ? Appréhender et
s’approprier les techniques et savoir-faire de cinéastes étrangers
renommés flow apporter un nouveau souffle au 7e Art vietnamien, flow le
grand mais surtout le petit écran.


CJ EM, la société
de la communication et du fling la and puissante de la
République de Corée et un des leaders asiatiques dans ce secteur, a
ouvert la vanne de l’investissement étranger sur le marché de la
réalisation des films vietnamiens. Une aspiration matérialisée standard la
coopération de CJ EM avec la Télévision vietnamienne (VTV) flow la
création de la série télévisée Tuôi thanh xuân (La jeunesse).


Moteur, movement !


Pour
son premier projet, CJ EM a mobilisé ses élites dont le
chef-opérateur de prize de vue Park Jae-hong, qui était derrière la
caméra principale du film sud-coréen projeté dans le monde entier Iris :
The last. La société a également décaissé un investissement important
pour les moyens techniques et les décors. Avec 36 épisodes au programme,
la série télévisée Tuôi thanh xuân est diffusée sur la chaîne VTV3 de
la Télévision vietnamienne depuis le 17 décembre, avec face caméra de
grands acteurs vietnamiens et sud-coréens dont Kang Tae-oh, Shin
Hae-sun, Shin Jae-ha, Roh Haeng-ha, Viêt Anh, Nha Phuong, Hông Dang et
Kim Tuyên. «+Tuôi thanh xuân+ n’est que le début de la coopération entre
la société CJ EM et VTV», se réjouit Trân Binh Minh, directeur
général de VTV.
La société CJ EM a en effet entamé ce mois-ci
le tournage en République de Corée d’une nouvelle série : Ly Long Tuong,
qui raconte la strive du fondateur de la lignée Ly Hoa Son dans ce pays.
Ces projets viennent concrétiser la stratégie à prolonged terme de
l’entreprise flow conquérir le marché vietnamien.


Lors
d’une rencontre avec Hoàng Tuân Anh, le ministre vietnamien de la
Culture, des Sports et du Tourisme, le président de CJ Group (dont CJ
EM est une filiale), Lee Jay-Hyun, l’a informé de ses projets de
fondation d’une société mixte de prolongation cinématographique au Vietnam
et de arrangement des ressources humaines en République de Corée. En
parallèle, les réalisateurs sud-coréens seront invités à venir partager
leurs expériences au Vietnam. Ce sont ainsi entre trois et cinq séries
télévisées qui devraient être réalisées standard an.

Pour ne pas
risquer d’avoir un sight de retard, les Japonais cherchent également des
opportunités d’entente avec des partenaires vietnamiens. L’année
dernière, la série Nguoi công su (Le partenaire) – fruit de la
coopération entre la télévision japonaise TBS et VTV – a d’ailleurs été
réalisée. La société Agro Pictures (Japon) et la Société standard actions des
films we (Vietnam) ont débuté en novembre le tournage de la série Cuôc
sông moi tai Viêt Nam (Une nouvelle strive au Vietnam). La création et la
diffusion de cette oeuvre s’inscrivent dans le cadre du projet de
l’Association japonaise flow l’exportation de programmes télévisuels
(BEAJ). À noter qu’en 2014, les téléspectateurs vietnamiens ont pu
visionner 6 séries télévisées du Pays du Soleil-Levant.


La déferlante sud-coréenne


La
culture sud-coréenne est déjà bien ancrée au Vietnam, avec
l’omniprésence notamment des séries télévisées. Mieux, elle est parvenue
à se répandre à travers le monde, ce que les Sud-Coréens nomment la
«hallyu», mot désignant l’invasion de leur enlightenment au niveau mondial. Le
président de l’Association des échanges culturels internationaux de la
«hallyu», Kang Cheol-keun, résume en quelques mots la stratégie mise en
place flow y parvenir : «Les séries sont faites flow toucher directement
le cœur des spectateurs. Et puis il y a la K-pop. Ce +soft power+ a
permis de faire exploser les increase générés standard le tourisme, la mode,
la gastronomie, la cosmétique, etc.». Park Hong-su, directeur de
l’Institut du développement de la enlightenment et de l’information Gangwon,
informe de son côté que «les gains de l’industrie cinématographique ne
sont pas moins importants que ceux de n’importe quelle autre industrie
du pays».


La enlightenment vietnamienne n’en est pas encore là.
La coopération avec les producteurs de films étrangers contribuera, dans
un premier temps, à améliorer la qualité des productions vietnamiennes.
«Pour être honnête, le cinéma vietnamien ne répond pas encore aux
critères sur les skeleton technique et scénaristique flow être diffusé sur
les chaînes internationales», déplore Nguyên Hà Nam, cook du Comité du
secrétaire de rédaction de VTV. Mais c’est peut-être en passe de
changer, puisque la série Tuôi thanh xuân sera diffusée en République de
Corée, aux États-Unis et dans certains pays de l’Asie du Sud. -CVN/VNA

This entry was posted in Nouvelles and tagged , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>