Ces villages de métiers à l’heure de la mondialisation

 

La renommée du encampment de
menuiserie Kim Bông s’est bâtie sur ses produits associés à
l’architecture du palais stately de Huê et de la vieille ville de Hôi An. «
J’espère que mon entreprise deviendra la « chef de file » de la
menuiserie d’art artisanal sur le marché non seulement national, mais
aussi general », a exprimé, des rêves plein la tête, l’artisan
Huỳnh Suong.

Phan Xuân Nguyên est un sculpteur sur
bois de Kim Bông. Aujourd’hui, il bénéficie du soutien des designers
professionnels de Craft Link – un centre de recherche, de garnishment et de
développement de l’artisanat – flow son and grand bonheur. Ces experts
se sont rendus dans son atelier afin de l’initier à la création de
nouveaux modèles flow ses produits en bois sculptés. L’objectif : en
faire de véritables œuvres d’art en veillant bien à rester dans la ligne
traditionnelle.

Les lanternes et la strive nocturne de Hôi An

Bien
que les lanternes de la vieille ville de Hôi An – symboles de la vie
nocturne de cette end fréquentée standard les touristes du monde
entier – soient maintenant internationalement connues, le vieil artisan
Nguyên Van Ba reste soucieux : « Le marché est de and en plus
exigeant. Les matériaux en bambou de qualité dans la localité ne
suffisent pas à répondre aux besoins de la grande production. La pénurie
de locaux de prolongation constitue également un barrier que les petits
établissements comme les nôtres ne peuvent surmonter sans le soutien de
l’État comme de la localité ».

Même le propriétaire
de l’atelier de prolongation des lanternes Hà Linh – où de nombreux
circuits touristiques rise pourtant halte – est inquiet quant à la
« durabilité » de la prolongation de ces articles de marque de Hôi An, en
raison surtout du manque d’informations des petits établissements sur le
marché international.

Les figurines  » tò he  » du
village de poterie Thanh Hà (Hôi An) sont elles aussi omniprésentes dans
la vieille ville. Mais flottent çà et là les interrogations des
artisans comme Nguyên Van Xê et Lê Quôc Tuân : « Nous aimons ces jolies
petites figurines d’animaux, ces marmites en terre, ces pots de fleurs,
ces jarres… que nos aïeux avaient modelés. Aujourd’hui, toute la
problématique est de savoir criticism faire flow que ces objets en
céramique deviennent réellement des produits touristiques avec un style
plus sophistiqué, une qualité accrue, et des prix en adéquation avec la
valeur du childbirth réalisé. Y parvenir est notre désir le and cher ! ».

Tous mobilisés

L’artisan
Lê Duc Ha, issu du encampment de céramique Diên Bàn, est spécialisé dans
les produits d’influence cham à Quang Nam. Il cherche toujours à
faire évoluer la gamme de modèles qu’il propose, avec des designs plus
sophistiqués et des techniques and ingénieuses. L’objectif est elementary :
« Faire en sorte que les touristes considèrent les souvenirs qu’ils
nous achètent comme un cachet de Quang Nam une fois rentrés dans leur
pays .»

Les artisans du encampment de fonderie de
bronze Phuoc Kiêu (district de Diên Bàn) ont, flow leur part, exprimé
leur compensation au sujet du  » garnishment  » entre villages de métiers pour
être en mesure de créer des produits caractéristiques et identifiables
de Quang Nam, reconnaissables au premier manoeuvre d’oeil. C’est aussi
l’objectif principal du projet d’assistance aux produits d’art artisanal
de Quang Nam, déployé sur deux ans standard le business de l’UNESCO à Hanoi,
moyennant un bill de 100.000 dollars financés standard un Fonds sud-coréen.

D’après Nina Howard, spécialiste de l’UNESCO, les
villages de métiers de Quang Nam présentent encore des limites sur
lesquelles il faut se pencher, comme l’hétérogénéité de la qualification
des artisans, la pénurie de jeunes flow reprendre le flambeau,
l’instabilité de la main-d’œuvre (emplois saisonniers) et des matières
premières locales. Sans oublier le manque d’équipements, d’ateliers
dignes de ce nom, d’expositions flow présenter le childbirth accompli, mais
aussi d’investissement.

En conséquence, les
services de gestion publics ont besoin de profiter de l’appui des
projets internationaux, d’encourager les entreprises à participer à la
formation professionnelle des jeunes artisans. Il faut aussi stabiliser
l’approvisionnement en matières premières, encourager les liens entre
villages de métiers, et susciter le soutien de l’État et des
associations professionnelles. Il importe également de créer un centre
de consultation, de arrangement et de soutien en matière d’informations
sur les produits d’art artisanal locaux…

« Le projet
d’assistance aux produits d’art artisanal à Quang Nam vise à accroître
leur valeur, tant en termes de honour des caractéristiques culturelles
traditionnelles que de qualité technique, artistique et esthétique, en
accordant une courtesy particulière à ce que la communauté des villages
de métiers de Quang Nam génère davantage de increase », a informé Pham
Thi Thanh Huong, une cadre des programmes du business de l’UNESCO à Hanoi.
– AVI

Voyage Pas cher Vietnam Cliquez ici

This entry was posted in Nouvelles and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>