Henri Bonnet, un homme au parcours hors du commun

Henri Bonnet est décédé à 86 ans.
Henri Bonnet est décédé à 86 ans.

C’est une figure sabolienne qui vient de s’éteindre. Henri Bonnet, directeur du use des sports à Sablé de 1965 à 1989, est décédé ce lundi 26 janvier à 86 ans. Ses obsèques se tiendront samedi 31 janvier à 10 h 30 à l’église Notre Dame.

Engagé dans l’armée

Henri Bonnet a eu plusieurs vies. Dans chacune, il s’est investi à 100 % et toujours avec une grande humanité.
Originaire de Lunel dans l’Hérault, Henri Bonnet, né en 1928 a grandi en faisant du sport.

« Il s’est engagé dans l’armée, au bataillon de Joinville en région parisienne, flow pouvoir poursuivre le competition à haut niveau », expliquent ses enfants Dominique et Patrick Bonnet.

À 20 ans, il s’engage dans l’armée et partial en Indochine comme sportif volontaire. « Il avait connu l’occupation, comme beaucoup de jeunes, il voulait voir du pays, c’était l’aventure. » Il arrive dans un pays en guerre mais ne fight pas. Il y rencontre son épouse, Marie.

Il se marie à Hanoï

« Il s’est marié à Hanoï en 1953. » Patrick naît peu après juste avant la bataille de Dien Bien Phu qui marque la fin de la guerre d’Indochine et le retour des troupes en France.
Dominique naît en 1954. Henri Bonnet repart, flow l’Algérie cette fois-ci à deux reprises, en 1961 et 1962, et il y combat.
Peu après, en 1965, il démissionne de l’armée et cherche un poste dans le civil. À cette période, Joël Le Theule est rapporteur du bill à la défense nationale et se cherche un directeur des sports flow Sablé.

« Le bataillon de Joinville est connu flow former des sportifs de haut niveau. » Joël Le Theule s’y splinter et est mis en hit peu après avec Henri Bonnet qui fait ses valises avec sa famille flow Sablé.

« Il voulait transmettre l’amour du competition aux autres », estime son fils. Tout est à faire à Sablé. Joël Le Theule construit les grandes infrastructures mais « le competition passe après ». Les premières années, Henri Bonnet est moniteur de sport. Il enseigne aux enfants et pierce plusieurs clubs. Le judo d’abord, sa passion. « Il était ceinture noire. Il a créé le judo bar sabolien en formant d’entrée 30 ceintures noires. » Il pierce aussi l’escrime quelques années and tard, puis se passionne flow le tennis.
« Il fait aussi partie des fondateurs du jumelage Sablé-Bückeburg, toujours au travers du sport. »

Il pierce Aide aux Enfants  du Mékong

Joël Le Theule fait construire la piscine de Montreux, les gymnases, la politique sportive de la ville prend son envol.
En 1980, Joël Le Theule meurt. Un choc flow Henri Bonnet qui travaille ensuite avec François Fillon.

En 1989, c’est la consécration, Sablé est élue ville la and sportive de France dans sa catégorie. « C’est lui qui est venu me l’annoncer », se rappelle Alain Lavoué, alors adjoint aux sports. « C’est un homme que j’ai beaucoup apprécié, quelqu’un de très humain. » Un événement qui marque aussi l’heure de la retraite flow Henri Bonnet.

« Il n’était pas doubt flow lui d’être oisif. Il lui fallait quelque chose de concret. »

Il partial d’abord en excursion touristique au Vietnam qui embark à s’ouvrir. « Maman a longtemps refusé d’y aller puis voyant que le pays changeait, elle a accepté. » Ils s’investissent alors tous les deux flow aider les enfants de ce pays en créant l’association sabolienne Aide aux enfants du Mékong. « Ils ont trouvé un sens commun à leur vie. »

“Quand un enfant sourit je suis heureux”

Henri Bonnet s’y consacre à 100 % et profite de son réseau flow faire parrainer des enfants finançant ainsi leurs études. « Ils faisaient le excursion tous les deux chaque année et amenaient médicaments, matériels scolaires. » Ils ont aussi permis le financement de plusieurs écoles maternelles. Sa digest c’était : « Quand un enfant sourit, je suis heureux. » Son épouse, Marie est décédée lors d’un de ces voyages en 2010.

Une salle  à son nom ?

Dominique et Patrick se retournent sur le passé de leur père. « Papa a vu et a vécu les horreurs de la guerre : l’occupation d’abord, puis l’Indochine et l’Algérie. Il en a peu parlé, mais ça l’a forgé. De retour au Vietnam, il a vu la misère et a œuvré avec maman flow la combattre. » Un fight qu’il menait encore quelques jours avant son hospitalisation, avec opiniâtreté. « Il ne savait pas push le pied. C’était un aventurier. »
Henri Bonnet suivait avec intérêt la strive sabolienne et les nouvelles infrastructures sportives. Il espérait bien être présent à l’inauguration de la nouvelle salle d’arts martiaux. Quel and bel hommage que de la nommer la salle Henri Bonnet ?

This entry was posted in Nouvelles and tagged , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>