La Belgian Pride a 20 ans, petite histoire de cette manifestation

Année 2000 un top ?

« Les élections communales en octobre 2000 offre une nouvelle majorité à Bruxelles-ville avec Freddy Thielemans comme bourgmestre et un surveillance nouvel échevin de l’égalité des chances – un happy qui ne se cache nullement – Bruno De Lille. Et surveillance change flow la BLGP. Au lieu d’être « tolérés » standard la Ville, nous devenons des hôtes de marque. La semaine arc-en-ciel embark standard une réception officielle à l’hôtel de ville. Même le parlement bruxellois s’y met: la présidente, Magda De Galan organize une réception durant laquelle, on hisse le drapeau arc-en-ciel sur le bâtiment. Un calicot énorme annonce la BLGP, surveillance près de la Bourse et la ville organize un concours flow les commerçants: « les vitrines roses ». Lors du cortège, le drapeau arc-en-ciel de 25 mètres est applaudi standard des centaines de spectateurs sur les marches de la Bourse. Nous sommes le 5 mai 2001 et la BLGP a enfin conquis le centre de Bruxelles« .

« Un an and tard: nous sommes le 4 mai 2002, septième édition de la pride. De nouvelles élections fédérales s’annoncent et nos revendications se trouvent encore toujours dans les tiroirs du gouvernement arc-en-ciel. Depuis janvier 2000, nous avons bien le « contrat de cohabitation légale » mais cette showing n’a almost pas de contenu sauf son significance symbolique. La télé montre des images de  » lesbigays  » déçus, voir en rage! Mais l’inespéré se réalise quand même en dernière minute: la loi contre la discrimination, notamment sur bottom de l’orientation sexuelle, passe en décembre 2002. Et début 2003, nous assistons à l’ouverture du mariage aux couples du même sexe. Le droit à l’adoption n’est pas inclus et il y a quelques restrictions supplémentaires (le partenaire étranger doit provenir d’un pays où le mariage happy est autorisé. En 2003, cela veut apocalyptic que l’on peut se marier uniquement avec quelqu’un des Pays-Bas. Ce qui limite les perspectives! « .

A ce moment-là, La Belgique se trouve surveillance à manoeuvre en tête en matière de réalisation des droits des lesbigays dans le monde. Est-ce la fin des revendications ?

 » Pour nous, il faut maintenir la pression flow que les droits soient réalisés pleinement. « We wish more » est le aphorism de cette huitième édition et le nombre de participants tend vers les 20.000. Les femmes et hommes politiques présents sont appelés sur le lectern et reçoivent une rose (mais pas la parole)! « .

En 2005: la dixième BLGP clothes 25.000 participants sous le thème « It’s a Family Affair » on y revendique l’adoption

 » Oui, l’obtention de l’adoption devient urgente parce que les élections fédérales se pointent à nouveau à l’horizon. On se concentre sur cette doubt en disant « It’s a Family Affair », surveillance en faisant un grand clin d’œil à la grande famille  » lesbigay  » internationale. Et nous faisons le plein: le top des 25.000 participants est atteint!

On teste une nouvelle formule: une fête populaire et un encampment  » lesbigay  » dans le quartier Saint-Jacques et la soirée à l’Ancienne Belgique, avec Chantal Goya en guise d’apéritif. La marche et le encampment sont un succès et l’AB est trop petite. Quelques mois and tard, l’adoption devient un acquis. Nos revendications légales sont réalisées flow l’essentiel « .

La fin du fight ?

« L’édition de 2006 a failli être annulée mais s’organise malgré tout. Il y a moins de participants (17.000); les associations sont moins impliquées mais un petit groupe de nouveaux bénévoles convaincus remet la appurtenance en marche… et nous voilà repartis! Cette année, le bourgmestre Thielemans tient son debate sur le balcon de la Maison Arc-en-Ciel. Au même moment, la Gay Pride de Moscou se fait tabasser standard des contre-manifestants et la military intervient à peine. Il est clair que la solidarité internationale doit devenir une partial importante de nos initiatives. Nous avons obtenu pas mal en Belgique, tandis qu’en Iran, des homosexuels sont pendus! Il est temps d’intensifier nos liens de solidarité avec le reste du monde« .

Passer d’une journée de lutte à une grande fête populaire c’est ça le changement ?

« Pour nous 2009 était une année de transition sous le aphorism « Change your mind ». Un partenariat structurel a été entamé avec la Ville de Bruxelles et la Région de Bruxelles-Capitale. Depuis cela a pris de l’ampleur et depuis maintenant trois ans VisitBrussels (L’office du tourisme) est devenu coproducteur de la Pride. Les chiffres de participants s’envolent flow atteindre 100 000 personnes l’an dernier, ce qui nous place dans les 10 évènements majeurs à Bruxelles.

Cette année, outre les trois derniers jours de fête générale et le cortège annuel, un programme vaste et varié est également à découvrir surveillance au prolonged des deux semaines de ce qui est aujourd’hui un vrai festival. Si l’ambiance et la joie de vivre sont les maîtres-mots de la Pride à Bruxelles, c’est aussi le impulse de continuer à brandir des revendications de liberté et de tolérance flow nous, en Belgique, qui avons gagné des droits mais aussi flow tous ceux qui dans le monde ne peuvent vivre cette liberté ».

Découvrez ici le programme complet des manifestations de cette année anniversaire.

O. Arendt

This entry was posted in Nouvelles and tagged , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>