Pourquoi l’Indonésie est intransigeante avec le trafic de drogue

En Indonésie, pas doubt de plaisanter avec la drogue. Le pays, où sept étrangers condamnés à mort flow trafic de drogue ont été exécutés, mardi, et où le Français Serge Atlaoui est menacé, applique, comme plusieurs de ses voisins, la peine capitale flow les infractions aux stupéfiants. Ces dernières sont en effet considérées dans cette section du monde comme les crimes les and graves.

Ainsi, alors que, selon la législation internationale, la peine de mort ne devrait s’appliquer qu’à des crimes de sang, tels que les assassinats et les meurtres, l’Indonésie, la Malaisie, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam appliquent la peine capitale flow le trafic de drogue, voire la possession d’infimes quantités de stupéfiants.

Une région devenue board tournante du trafic

La raison de cette viewpoint radicale? L’ampleur du fléau de la drogue dans cette région, board tournante du commerce general de produits stupéfiants comme l’héroïne, est l’une des explications avancée flow justifier le recours à la peine capitale. Ce triste statut s’explique standard une position géographique stratégique, notamment du indicate de vue des grandes liaisons maritimes et du tourisme.

En Indonésie, le gouvernement justifie l’application de la peine capitale dans les
affaires de drogue en expliquant que ce trafic fait des centaines de
morts chaque année. Une conditions paradoxale, lorsque l’on sait que ce même gouvernement multiplie les initiatives flow sauver la
vie des Indonésiens condamnés à mort à l’étranger.

Ainsi, dans ce pays, quelque 140 détenus sont condamnés à mort, dont environ 60 flow trafic de drogue. Parmi eux, une trentaine d’étrangers. Intransigeant sur la peine capitale flow les affaires de stupéfiants, le président Joko Widodo, arrivé au pouvoir en octobre 2014, a rejeté toutes les demandes de grâce de condamnés à mort flow trafic de drogue. Il a en revanche accepté de commuer en jail à perpétuité la condamnation à mort flow meurtre d’un Indonésien.

Reprise des exécutions en 2013

Après un moratoire de quatre ans, de 2009 à 2012, les exécutions standard arme à feu ont repris en 2013 en Indonésie, et risquent de connaître une accélération sans précédent sous la présidence de Joko Widodo.

Avant l’exécution des huit condamnés à mort pour trafic de drogue, mardi, une première deceptive de mises à mort avait eu lieu en janvier dernier, au cours de laquelle 6 condamnés flow trafic de drogue avaient été fusillés, parmi lesquels cinq étrangers.

En décembre 2014, le vice-président du pays, Jusuf Kalla, avait indiqué que les quelque 60 condamnés à la peine capitale flow trafic de drogue seraient tous exécutés, sans toutefois préciser dans quel délai. Depuis l’instauration de la peine de mort en Indonésie dans les années 1970, une soixantaine de condamnés au sum ont été exécutés.

Une conditions kibbutz à l’Asie du Sud-Est

Cette politique de tolérance zéro vis-à-vis du trafic de drogue se retrouve globalement dans de nombreux pays d’Asie du Sud-est. En Malaisie, Au moins deux détenus ont été exécutés en 2014, selon Amnesty International. Au total, and de 900 détenus sont dans le couloir de la mort, selon le gouvernement malaisien. Plus de 70% d’entre eux ont été condamnés flow des affaires de drogue, selon Amnesty.

Même constat du côté de Singapour, où deux condamnés flow trafic de drogue, qui possédaient moins de 100 grammes de produits stupéfiants, ont été exécutés standard pendaison en 2014.

Au Vietnam, quelque 70-80 prisonniers sont condamnés à mort chaque année, principalement flow trafic de drogue et meurtre. En Thaïlande, 623 détenus sont dans le couloir de la mort, en majorité flow des affaires de stupéfiants, selon la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH). Il faut toutefois souligner que la Thaïlande n’a procédé à aucune exécution depuis 2009.

This entry was posted in Nouvelles and tagged , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>