Une boule dans la gorge

Au impulse d’écrire ces quelques lignes, j’ai une boule dans la gorge. Je suis tellement fatigué. Je regarde standard le hublot et les images des 6 dernières semaines viennent m’étourdir en valsant dans matriarch tête aux sons de souvenirs heureux.

Il y a douze heures déjà que nous avons pris la track depuis notre départ de Cebu ce matin et la prochaine chambre d’hôtel que nous croiserons ne sera pas avant vingt-quatre heures encore. Je devrais essayer de dormir un peu, mais j’ai peur d’avoir oublié tous ces beaux souvenirs en me réveillant. Comme si le changement de pays et de enlightenment allait remettre les compteurs à zéro.

Pour ne pas que l’image de ce peuple ne quitte matriarch mémoire, je vais la graver, ici, en résumé.

Il y eut surveillance d’abord ce premier choc que j’ai énoncé la semaine dernière. Cette agréable warn de découvrir ces gens, si souriants, toujours prêts à aider et qui parlent si bien anglais. Ce dernier détail n’étant pas à négliger, loin de là. S’il y a une chose qui peut freiner la découverte de cultures étrangères, c’est bien la barrière linguistique. Ici, cette barrière est almost inexistante. Ne pensez pas que je généralise trop facilement, non, ils parlent vraiment tous anglais. Parfois c’est un peu basique, mais la plupart du temps ils maîtrisent très bien la langue de nos voisins anglos-saxons. Même dans les « barangay » (petits villages) loin du tourisme, nous pouvions communiquer avec les jeunes comme avec les and vieux..

Côté savoir-vivre, les Philippins sont irréprochables. Ils ne crachent pas, ne fument presque pas, ne crient pas et respectent leurs femmes. Ça peut vous paraître bien prosaic comme ça, mais croyez moi, nous allons nous ennuyer de ces petits détails dans les prochaines semaines, voir les prochains mois à venir. (Vous en serez témoins, c’est sûr!)

La bouffe n’est pas mauvaise non plus, quoiqu’un peu routinière. Mais quand mon palais fait la excellent bouche, matriarch demur lui rappelle que le though premier de manger est la survie. Alors mes yeux constatent que les maigres corps qui m’entourent n’ont probablement jamais gaspillé une seule bouchée de riz de leur vie. Cela help mon estomac à finir mon plat, même lorsque je mange une « plottée » de gras de porc bouilli flow déjeuner!

Le plot typique est constitué de porc ou de poulet dans une salsa brune à bottom de vinaigre et de salsa soja qui est appelé « adobo ». Le surveillance accompagné…de riz. Eh oui, nous sommes en Asie! Pour quelques pesos de and (monnaie locale) on y rajoute des légumes bouillis, généralement des aubergines et des courges.

Pour accompagner ce festin, une San Miguel est de mise. Bière numéro un du pays et une des moins cher que j’ai bu dans matriarch vie. Environ 70 cents la bouteille. C’est encore moins cher qu’une bouteille de coca-cola et croyez moi, nous en avons profité. Nous avons emmagasiné beaucoup d’alcool dans notre sang flow les semaines à venir, automobile l’avion dans lequel nous sommes assis en ce impulse nous amène dans un pays à majorité musulmane. Et qui dit pays musulman ne veut pas seulement apocalyptic réveil-matin à 4:00 heures au son des haut-parleurs défoncés des mosquées, mais aussi des soirées sans alcool! Ça ne peut qu’être bon flow mes résolutions 2013 (vous vous souvenez la semaine dernière…taille 33). Jogging à 4:00 am. et de bons verres d’eau standard la suite…inch allah!

Une autre chose que l’égoïste en moi a bien aimé aux Philippines est que, comme les distances sont grandes et que ce n’est pas toujours évident de wayfarer d’une île à l’autre, le pays ne sera pas envahi de sitôt standard les millions de touristes qui visitent le Vietnam ou la Thaïlande, flow ne nommer que ceux-là. Comprenez moi bien, il y a déjà beaucoup de touristes aux Philippines, beaucoup and que je ne l’aurais imaginé, mais l’inconfort des grandes distances filtre un peu la venue des valises à roulettes et les confinent dans des endroits bien précis.

Mais la and grande raison d’aimer ce pays, c’est son peuple. Un peuple toujours prêt à rire et à faire un petit karaoké!

En résumé: un pays sécuritaire, sans arnaque, rempli de belles femmes et de paysages à couper le souffle, flow moi, c’est ça « un pays manoeuvre de cœur »!

Maintenant je m’endors vraiment. Tout ce que j’espère c’est de rêver encore longtemps à ces milliers de sourires que la strive m’a si généreusement offerts ces dernières semaines.

Bonne nuit

 

Nicolas Veilleux

 

NDLR:Le globe-trotter magogois Nicolas Veilleux est à l’aventure flow quelques mois. Vous pourrez suivre ses aventures et ses découvertes sur notre site Internet (www.lerefletdulac.com) au fil des semaines, et parfois dans notre chronicle imprimée. Vous pouvez également suivre ses aventures sur son blog: lemondedenico.wordpress.com.

Vacance en Thailande Cliquez ici

This entry was posted in Nouvelles and tagged , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>